DISSIDENT, IL VA SANS DIRE

 


12 Juillet 2012

logo_La-Provence

« Quelques tranches de vie. Une mère et son fils. Ils s’aiment, ils parlent mais ne communiquent pas […] Les dialogues de Michel Vinaver rendent compte de l’incommunicabilité entre les êtres, des rêves inaboutis, des petites tragédies quotidiennes. Le propos de la mise en scène est original et ambitieux. Ce que les mots peinent à dire, que les corps l’expriment ! Entre les scènes, le silence se fait bruyant et les corps dansent la rage, le désespoir, la solitude. L’on applaudit à l’originalité de la mise en scène, […] le spectacle mérite le détour. »

 

 

 

Juillet 2012

logo-radio-albatros

« Un plateau presque nu. Deux personnages, seulement. Une mère abandonnée par son mari pour de mystérieuses raisons ; un fils dont l’oisive jeunesse oscille entre la révolte et le laisser-aller. Des vies écartelées dont l’auteur exhume des fragments sans cesse éparpillés dans cet impossible puzzle où se compose et se décompose toute existence. Jamais, peut-être, l’art de Vinaver ne se révéla aussi achevé. Grâce à cette situation, si simple apparemment, mais que la diversité des attentes et des enjeux complique à tout instant. Ainsi, les fleurets à peine mouchetés des paroles anodines ou assassines opposent les êtres et les réunit dans une constante ambiguïté du discours et dans l’éloquent silence des non-dits. La Compagnie des Langages a su trouver, pour dire ces mots, le juste tempo. Elle nous propose une pudique interprétation qui laisse affleurer les frustrations et les affections, les violences et les soumissions, toute la gamme des émotions. Le spectacle est aussi ponctué par des intermèdes musicaux et dansés, contrepoint sonore où s’expriment les corps dans une salutaire libération. »  Yoland SIMON

 

 

 

3 Mai 2012

3141014576_1_4_w7lF4oD4

« Dissident, il va sans dire, une pièce juste et réaliste »

[…] Dissident, il va sans dire invite le spectateur dans un univers où le silence semble jouer avec la parole. Une pièce en un acte construite autour de douze scènes issues du théâtre de chambre de Michel Vinaver, où l’on découvre la complexité des relations humaines.

Du théâtre à voir et à méditer

La pièce fait la part belle au jeu des acteurs, tout en sobriété et en justesse. Judicaël Vattier, Françoise Demory et le musicien Félix Carel évoluent dans un décor très épuré, celui de l’appartement familial, et mettent en avant un texte grave avec une touche pertinente et réaliste. Le metteur en scène crée d’ailleurs au fur et à mesure de la pièce une atmosphère particulière où se mêlent passé et présent. Et si l’on pourrait croire que la pièce nous entraîne dans une dure réalité, elle distille également des moments plus joyeux et plus légers. Du bon théâtre contemporain, à voir et à méditer. • S. L. (CLP) »